banieres_EFER_01
Dropdown Four CSS-Menu
 
Index >  Matériel  > Fibroscope et vidéoendoscope
Fibroscope et vidéoendoscope

Il n’y a aucune de raison d’opposer fibroscope souple et bronchoscope rigide. Il est plutôt nécessaire de réhabiliter le tube rigide qui n’a pas la réputation qu’il mérite.

En effet depuis l’apparition du fibroscope, le bronchoscope rigide a été délaissé, et les jeunes endoscopistes n’en ont qu’une expérience limitée.

Cet état de fait a donné l’impression que ce type d’instrument était obsolète, et l’enseignement de son utilisation a été pendant longtemps négligé.

En fait, le bronchoscope rigide est l’instrument de choix pour les résections endoscopiques. C’est en effet le seul appareil qui, à cause de son large conduit opérateur, permet en même temps de réaliser une résection laser, d’aspirer sang, sécrétions et fumées, tout en ayant en permanence un contrôle visuel d’excellente qualité.

L’intérêt essentiel de cet instrument est sa possibilité de faire face à un accident hémorragique majeur ou à un encombrement de la voie aérienne par des sécrétions ou du pus.

Bien que rares, les hémorragies massives peuvent se voir même lors d’examens fibroscopiques de routine et il n’est alors pas inutile de maîtriser la technique de l’endoscopie rigide et d’avoir le matériel nécessaire à portée de la main.

Un autre avantage non négligeable du bronchoscope rigide est de pouvoir réaliser des résections mécaniques ou des calibrages avec le bec du bronchoscope.

Enfin, la supériorité optique par rapport au fibroscope est très importante.

Les fibroscopes sont apparus aux alentours de la fin des années soixante.

En raison de leur souplesse, du confort pour les patients, des possibilités d’utilisation ambulatoire et de l’augmentation du champ d’exploration, ils ont été utilisés très largement, voire exclusivement.

Depuis l’apparition des premiers modèles, l’amélioration des appareils a été permanente. La qualité optique a fait d’immenses progrès, les conduits opérateurs ont augmenté de calibre, et les appareils sont devenus étanches.

Les vidéoendoscopes apportent une vision encore bien supérieure. Ils permettent en outre de partager la vision avec l’entourage et d’archiver une documentation de qualité.

Il existe des modèles dont le conduit opérateur est assez large pour permettre le passage d’une fibre laser.

Certains fabricants proposent des endoscopes présentant un conduit opérateur de 3 mm, mais c’est au détriment de leur qualité optique, ce qui les rend incompatibles avec un geste thérapeutique précis.

D’autres suggèrent l’utilisation de fibroscopes à double conduit opérateur, mais outre le fait qu’ils présentent les mêmes défauts optiques, le second conduit ayant un diamètre de 1 mm, celui-ci est pratiquement inutilisable.

Il est bien sur souhaitable d’avoir à sa disposition plusieurs fibroscopes de différents diamètres, les plus fins inutilisables pour une résection laser, permettant cependant d’explorer totalement l’arbre bronchique.

Tout au long d’une bronchoscopie avec un tube rigide le fibroscope permet de réaliser des explorations de bronches périphériques et des bronchoaspirations.

 
monter
descendre
précédent
suivant