banieres_EFER_01
Dropdown Four CSS-Menu
 
Index >  Technique  > Intubation
Intubation

L’introduction d’un bronchoscope rigide nécessite une certaine expérience. La méthode la plus sure est l’insertion sous contrôle direct utilisant l’optique éclairante, qui est placée en retrait dans le tube de façon à ne pas être souillée par les sécrétions.

Le malade est couché sur le dos, la tête en hyperextension. Les dents supérieures sont protégées par le majeur de la main gauche de l’endoscopiste sur lequel va reposer toute la pression du tube. En effet, les dents ne doivent jamais être utilisées comme point d’appui. Il faut également prendre garde de coincer la lèvre supérieure ou inférieure entre le bronchoscope et les dents. Le bronchoscope est introduit bec vers le haut.

Cette animation montre bien les étapes de l’intubation, protection des gencives avec le majeur de la main gauche, position du bronchoscope et étapes à suivre.



Le bronchoscope est introduit verticalement. Le premier repère est la luette. Le bronchoscope suit la paroi postérieure du pharynx et en restant bien médian, en avant, on doit apercevoir l’épiglotte avec son aspect caractéristique en tuile.

Après avoir chargé l’épiglotte,

il est nécessaire de repérer les deux arythénoides qui sont la clé de l’intubation.

Les cordes vocales sont situées en avant, dans l’axe médian de ce repère.

Le bronchoscope peut alors être introduit entre les cordes vocales par rotation du bec sur le côté.

Un protège-dents peut alors être placé entre dents et bronchoscope, ce qui libère la seconde main de l’opérateur.

Ce protège dents peut être en plastique moulé ou un simple paquet de compresses.

Après intubation l’Ambu® est fixé au raccord de ventilation mobile du bronchoscope, ce qui permet d’oxygéner le patient si cela est nécessaire. Il devient possible de placer le malade en circuit fermé par l’étanchéité des portes d’entrées du bronchoscope.

 
monter
descendre
précédent
suivant