banieres_EFER_01
Dropdown Four CSS-Menu
 
Index >  Matériel  > Matériel d’anesthésie et de surveillance
Matériel d’anesthésie et de surveillance

Étant donné que les endoscopies thérapeutiques sont pratiquées chez des malades à haut risque, elles nécessitent un monitorage précis des constantes vitales et de moyens de réanimation modernes pour faire face à un éventuel problème.

Les complications des résections endoscopiques dans l’arbre trachéobronchique peuvent apparaître, non seulement pendant le traitement, mais également pendant la période postopératoire immédiate.

Il est donc nécessaire que ces deux salles aient un équipement adapté. Les trois appareils de surveillance indispensables sont un cardioscope, un manomètre de tension automatique et un oxymètre.

Pour la réanimation, les instruments de base sont un défibrillateur, un matériel de ventilation manuel, un matériel d’intubation comprenant laryngoscopes et sondes d’intubation, en fin un appareil de ventilation.

Notre technique utilise une anesthésie permettant une respiration spontanée, assistée manuellement de temps en temps.

La détection d’une hypoxie est donc une préoccupation majeure. Le rôle de l’oxymètre est fondamental. L’hypoxie, qui est la principale complication, peut avoir pour origine la toux, l’hypoventilation alvéolaire d’origine anesthésique, l’encombrement bronchique, une hémorragie bronchique ou l’obstruction causée par le bronchoscope ne ventilant sélectivement qu’un poumon.

Tous ces facteurs peuvent être combinés.

La résection laser est une technique discontinue, c’est-à-dire que lorsque le patient pose un problème de décompensation, il faut interrompre le traitement pour ventiler le patient.

Le moyen le plus simple et le plus fiable de détecter une hypoxie est de mesurer la saturation oxyhémoglobinée par un oxymètre pulsé.

Il peut mettre en évidence le taux de saturation oxyhémoglobinée au niveau précapillaire par spectrophotométrie en utilisant un capteur au niveau de l’oreille ou du doigt.

Avec ce système, qui permet un affichage et un enregistrement permanent de la saturation oxyhémoglobinée, la saturation de départ sert de référence pendant le traitement.

Toute diminution de la saturation est visible et un signal sonore prévient les opérateurs si cette saturation baisse au-delà d’une limite choisie.

Le contrôle régulier de la forme de la courbe de pression et de la saturation permet à l’anesthésiste de détecter précocement une hypoxie et d’agir immédiatement, prévenant ainsi l’apparition des redoutables complications cardiovasculaires de l’hypoxie.

La courbe permet en outre de faire la part des artefacts dans les résultats affichés.

 
monter
descendre
précédent
suivant